XX
X


Once Upon a Time… in Hollywood (vo) (VOST)
X


Film américain de Quentin Tarantino avec Leonardo DiCaprio, Brad Pitt, Margot Robbie
Durée : 2h27
Interdit aux moins de 12 ans


Synopsis :
En 1969, la star de télévision Rick Dalton et le cascadeur Cliff Booth, sa doublure de longue date, poursuivent leurs carrières au sein d’une industrie qu’ils ne reconnaissent plus.


Critiques :
À travers le portrait de ces deux losers magnifiques et de leur amitié indéfectible, Tarantino rend un hommage drôle et tendre aux sans-grade de l'industrie du cinéma qui oublient leurs répliques, noyés dans l'alcool, aux troisièmes couteaux abonnés aux rôles du mec-qui-tombe-à-cheval-au-second-plan-dont-on-ne-connaîtra-jamais-le-nom.
Biba

Orchestrant un ping-pong entre la vie et le cinéma, la mélancolie de DiCaprio et le génie comique de Brad Pitt, Tarantino signe un film personnel, ludique, émouvant et redoutablement intelligent sur la sortie de l’enfance.
Les Fiches du Cinéma

MJÓLK, La guerre du lait (vo) (VOST)
X


Film islandais de Grímur Hákonarson avec Arndís Hrönn Egilsdóttir,Þorsteinn Bachmann, Þorsteinn Gunnar
Durée : 1h30


Synopsis :
Inga et son mari possèdent une exploitation laitière dans un petit village près de Reykjavik. Mais à la mort de ce dernier, Inga reprend seule les rênes de l’entreprise familiale. Très vite elle découvre le monopole abusif que la coopérative impose aux agriculteurs locaux. Elle va alors entrer en guerre contre ce système mafieux pour imposer l’indépendance de sa communauté !


Critiques :
Après Béliers, le réalisateur Grímur Hákonarson montre une nouvelle fois des gens vivant dans des zones isolées, dont la vie tourne autour de leur ferme ou de leurs animaux. "Dans Mjolk, je montre la réalité politique d'une région très spécifique à travers le portrait d’une femme, Inga, qui a perdu son mari et, tout en traversant toutes les étapes du deuil, décide de se battre contre une coopérative corrompue qui l’exploite elle et sa communauté. Dans le nord-ouest de l'Islande, il y a une zone appelée Skagafjörður où existe encore la seule coopérative du pays. Au début du 19ème siècle, de nombreuses ont été créées, mais elles ont fait faillite dans les années 90. Sauf celle-ci, qui a réussi à survivre, et qui possède à peu près tout : même le seul journal local ! Cette configuration fait un peu écho à toutes ces sociétés fermées, comme l'Union soviétique par exemple, qui a une emprise sur tous, comme une énorme pieuvre. En même temps, je pense que mon film parle de l’Islande en général. Nous sommes petits, nous avons donc tendance à être très monopolistiques. Il y a peu de gens aux commandes, le reste est exploité."
Selon le cinéaste Grímur Hákonarson, Inga devient un peu l’équivalent islandais du personnage de Frances McDormand dans Three Billboards. "Compte tenu de son origine, il est logique que cela lui prenne beaucoup de temps pour convaincre les autres de se tenir à ses côtés. Ils ont été opprimés pendant si longtemps. Tout le monde a peur de cette coopérative, d’autant qu’ils en dépendent tous à bien des égards. Inga commence son combat sur Facebook, ce qui est très important en Islande - je pense que 90% de la population l'utilise. Surtout à la campagne, où les gens vivent isolés. Mais Inga est consciente que pour mettre en oeuvre un réel changement, il faut aller plus loin et se confronter physiquement aux gens. Ce serait par ailleurs particulièrement ennuyeux si l'action était réduite à des publications sur Facebook."

La Vie scolaire
X


Film français de Grand Corps Malade, Mehdi Idir avec Zita Hanrot, Liam Pierron, Soufiane Guerrab
Durée : 1h51


Synopsis :
Une année au coeur de l'école de la république, de la vie... et de la démerde ! Samia, jeune CPE novice, débarque de son Ardèche natale dans un collège réputé difficile de la ville de Saint-Denis. Elle y découvre les problèmes récurrents de discipline, la réalité sociale pesant sur le quartier, mais aussi l'incroyable vitalité et l'humour, tant des élèves que de son équipe de surveillants. Parmi eux, il y a Moussa, le Grand du quartier et Dylan le chambreur. Samia s'adapte et prend bientôt plaisir à canaliser la fougue des plus perturbateurs. Sa situation personnelle compliquée la rapproche naturellement de Yanis, ado vif et intelligent, dont elle a flairé le potentiel. Même si Yanis semble renoncer à toute ambition en se cachant derrière son insolence, Samia va investir toute son énergie à le détourner d'un échec scolaire annoncé et tenter de l'amener à se projeter dans un avenir meilleur...


Critiques :
Les réalisateurs retrouvent le ton entre comédie et drame qui faisait le charme de leur premier film « Patients ».
Aden

Avec l’humour et la profondeur qui avaient caractérisé leur premier film sur un centre de rééducation, Grand Corps Malade et Mehdi Idir signent une nouvelle comédie, juste et sensible, sur un collège.
La Croix

Dora et la Cité perdue
X


Film américain de James Bobin avec Isabela Moner, Michael Peña, Eva Longoria
Durée : 1h40


Synopsis :
Après des années à explorer la jungle avec ses parents, Dora se prépare à vivre l’épreuve la plus difficile de sa vie : l’entrée au lycée ! Son âme d’exploratrice ressurgit quand elle doit voler à la rescousse de ses parents en danger.
Accompagnée de son fidèle singe Babouche, de son cousin Diego et de nouveaux amis hauts en couleur, Dora embarque dans une folle aventure qui l’amènera à percer le mystère de la Cité d’or perdue.


Critiques :
La jeune Isabela Moner incarne avec conviction une Dora qui ne s'en laisse pas compter et dont les aventures vont régaler les enfants et leurs parents.
L'express

Fête de famille
X


Film français de Cédric Kahn avec Catherine Deneuve, Emmanuelle Bercot, Vincent Macaign
Durée : 1h49


Synopsis :
"Aujourd’hui c'est mon anniversaire et j'aimerais qu'on ne parle que de choses joyeuses."
Andréa ne sait pas encore que l'arrivée « surprise » de sa fille aînée, Claire, disparue depuis 3 ans et bien décidée à reprendre ce qui lui est dû, va bouleverser le programme et déclencher une tempête familiale.


Critiques :
Kahn démontre ici une indéniable maestria dans la manière dont il s’approprie un canevas désormais classique. Le drame est bien construit, les rapports humains sont mis en scène avec justesse et sensibilité, les acteurs sont remarquablement dirigés.
Positif

Entre tragédie et comédie, tendresse et cruauté, Cédric Kahn laisse ses personnages aller au bout de leur folie. C’est leur façon de s’aimer. On laissera le dernier mot à Mouloudji, dont la chanson entêtante l’Amour, l’amour, l’amour teinte le film d’une douce mélancolie.
L'Humanité

Autour de Catherine Deneuve, suave et lâche, l'acteur-réalisateur Cédric Kahn fait exploser les névroses familiales avec une férocité qui n’exclut jamais l’amour ni la tendresse. Quelle claque !


Catherine Deneuve est impériale dans la peau de cette mère 20 minutes

Ce roman familial névrotique place en son coeur une héroïne puissante : Emmanuelle Bercot, tête haute, dépasse sa performance dans "Mon roi" de Maïwenn.
Bande à part

Portrait de la jeune fille en feu
X


Film français de Céline Sciamma avec Noémie Merlant, Adèle Haenel, Luàna Bajrami
Durée : 2h00


Synopsis :
1770. Marianne est peintre et doit réaliser le portrait de mariage d’Héloïse, une jeune femme qui vient de quitter le couvent. Héloïse résiste à son destin d’épouse en refusant de poser. Marianne va devoir la peindre en secret. Introduite auprès d’elle en tant que dame de compagnie, elle la regarde.


Critiques :
Est-ce le talent de Céline Sciamma qui permet de sublimer Adèle Haenel, ou au contraire la beauté de l’actrice qui inspire la réalisatrice ? C’est précisément la question qui est posée à travers la relation entre une peintre et son modèle. Et le résultat est stupéfiant.

La sobriété de la mise en scène participe pour beaucoup à l’intensité du feu érotique, qui bout sous la surface des faux-semblants. Le travail effectué par la directrice de la photographie, qui vise à donner à chaque plan l’allure d’une peinture animée, n’est certainement pas pour rien dans la beauté qui se dégage du contenu. Et la splendeur des décors confère à l’ensemble un vrai charme pictural. Mais le plus magnifique du film apparaît dès que les deux femmes s’observent l’une l’autre : le jeu des regards véritablement troublant se suffit alors à lui-même pour rendre leur attirance inavouée –bien que parfaitement attendue, pour le public–. Parmi les séquences les plus marquantes du long métrage, les deux seules fois où Sciamma fait appel à une musique diégétique (une scène au milieu, qui donne justement son titre au film, et le dernier plan) apparaissent comme des apothéoses émotionnelles, telles que l’on en n’avait plus vécu depuis longtemps. Le film bouleverse, et on ne peut s’empêcher de penser que Céline Sciamma a voulu y parler d’elle et de sa propre relation avec sa muse Adèle Haenel. Que les deux continuent à s’inspirer de cette manière, on en redemande !

Au nom de la terre
X


Film français de Edouard Bergeon avec Guillaume Canet, Veerle Baetens, Anthony Bajon
Durée : 1h43


Synopsis :
Pierre a 25 ans quand il rentre du Wyoming pour retrouver Claire sa fiancée et reprendre la ferme familiale. Vingt ans plus tard, l'exploitation s’est agrandie, la famille aussi. C’est le temps des jours heureux, du moins au début… Les dettes s’accumulent et Pierre s’épuise au travail. Malgré l’amour de sa femme et ses enfants, il sombre peu à peu…


Les Hirondelles de Kaboul
X


Film d'animation de Zabou Breitman, Eléa Gobbé-Mévellec avec les voix de Simon Abkarian, Zita Hanrot, Swann Arlaud
Durée : 1h21


Synopsis :
Été 1998, Kaboul en ruines est occupée par les talibans. Mohsen et Zunaira sont jeunes, ils s’aiment profondément. En dépit de la violence et de la misère quotidienne, ils veulent croire en l’avenir. Un geste insensé de Mohsen va faire basculer leurs vies.


Critiques :
En choisissant de tourner cette adaptation (en sélection officielle au Festival d'Annecy) en animation plutôt qu’en prises de vues réelles, Zabou Breitman et Eléa Gobbé-Mévellec ont opté pour le contraste et la douceur. Les tons pastels et les traits éthérés viennent en effet presque contredire la barbarie du sujet et de certaines scènes comme celle, insupportable, d’une lapidation à laquelle Mohsen participe dans un élan incontrôlable. Les réalisatrices ne cherchent pas à convaincre : la réalité, connue, du régime taliban n’est ici que la sinistre toile de fond d’une histoire digne des plus grandes tragédies où certaines trajectoires personnelles se heurtent au mur de l’obscurantisme. Un dernier mot sur “l’interprétation” : Zabou a dirigé tous les acteurs dans un studio de son où ils ont joué le film, sans texte à la main, l’animation se calquant sur leurs performances. Le résultat est vibrant d’incarnation.
Première

Un jour de pluie à New York (vo) (VOST)
X


Film américain de Woody Allen avec Timothée Chalamet, Elle Fanning, Selena Gomez
Durée : 1h32


Synopsis :
Deux étudiants, Gatsby et Ashleigh, envisagent de passer un week-end en amoureux à New York. Mais leur projet tourne court, aussi vite que la pluie succède au beau temps… Bientôt séparés, chacun des deux tourtereaux enchaîne les rencontres fortuites et les situations insolites.


Deux moi
X


Film français de Cédric Klapisch avec François Civil, Ana Girardot, Eye Haïdara
Durée : 1h50


Synopsis :
Rémy et Mélanie ont trente ans et vivent dans le même quartier à Paris. Elle multiplie les rendez-vous ratés sur les réseaux sociaux pendant qu'il peine à faire une rencontre. Tous les deux victimes de cette solitude des grandes villes, à l’époque hyper connectée où l’on pense pourtant que se rencontrer devrait être plus simple… Deux individus, deux parcours. Sans le savoir, ils empruntent deux routes qui les mèneront dans une même direction… celle d’une histoire amour ?


Critiques :
Derrière ses airs de comédie romantique, "Deux moi" est presque une anti-comédie romantique : un film d'une infinie tendresse et humanité, qui raconte comment il faut d'abord s'aimer avant de peut-être pouvoir aimer autrui. C'est un peu niais sur le papier mais à l'écran, c'est beau, entraînant et d'un charme fou.
Ecran Large

Un film juste, bourré de sincérité, comme le réalisateur sait si bien le faire.
Elle

La simplicité apparente de certaines oeuvres n'entache en rien la profondeur de leur propos et la qualité de leur traitement. Cette remarque vaut pour "Deux Moi", la dernière réalisation de Cédric Kaplisch [...].
Positif

Le mystère des pingouins (VF)
X


Film d'animation de Hiroyasu Ishida
Durée : 1h43


Synopsis :
Quand des pingouins apparaissent partout dans sa petite ville, semant au passage une joyeuse pagaille, le jeune Aoyama se dit qu’il y a là une enquête à mener. Ce studieux élève de CM1, accompagné de son meilleur ami, enrôle également sa rivale aux échecs et une énigmatique assistante dentaire pour percer le secret des pingouins. Mais ces petites bêtes ne sont que le premier signe d’une série d’événements extraordinaires. Commence alors pour le jeune garçon une aventure pleine de surprises… et de pingouins !


Critiques :
Récit initiatique onirique et original, drôle et décalé, Le Mystère des pingouins, film d’animation d’un jeune cinéaste japonais prometteur, étonne par la richesse de son propos et la virtuosité de sa mise en scène. La bonne surprise animée de l’été.
La Croix

jeu 19 septembre Pas de séance prévue du film séléctionné
ven 20 septembre Pas de séance prévue du film séléctionné
sam 21 septembre 20h45
La Vie scolaire
dim 22 septembre 20h45
DP
La Vie scolaire
La suite du programme sera disponible prochainement.
 
mentions légales
© Toile d'Essai

Ce site vous permet d'accèder à toutes les informations nécessaires pour connaître le tarif, les horaires du jour ainsi que la programmation ds jours suivants. Vous y trouverez également un plan d'accès sur la page INFOS PRATIQUES.